L’art égyptien

 

 Cette civilisation, qui a vécu pendant près de trois mille ans, fascine depuis longtemps : les connaisseurs en la matière tout comme les profanes.

 


Pour un Égyptien ancien, dessiner une chose sur un mur de la pyramide, c'était la faire vivre. Ainsi, lorsqu'on mutilait ou supprimait un dessin, il n'était plus vivant. Le pouvoir de l'image était très fort. Le dessin ne reproduisait pas ce que l'on voyait, mais plutôt la réalité profonde des choses. C'est par conséquent une sorte d'écriture, et non une représentation fidèle de la nature. Les Égyptiens n'utilisaient pas la perspective. Le premier plan se trouve en bas du panneau, et le dernier tout en haut. De plus, les dimensions relatives d'un objet ne sont pas modifiées. Ainsi, un objet qui se trouve tout près de l'observateur sera représenté avec les mêmes dimensions que le même objet très éloigné. Dans les peintures égyptiennes, les figures sont en principe représentées de profil. Les hommes sont vus de profil, alors que leurs épaules, leurs yeux et leurs mains sont représentés de face. Les personnages, dessinés les uns à côté des autres, ne sont jamais vus devant/derrière. La taille des personnages dépend de leur importance, ainsi un dieu ou un pharaon sera toujours représenté plus grand qu'un serviteur. Quant au mort, il est toujours représenté plus grand que le reste du dessin. L'art égyptien respecta des conventions quant aux couleurs. Les personnages masculins sont représentés en brun foncé-rouge, les personnages féminins en jaune ou brun clair, les objets de bois en jaune, ceux de cuivre en vert, Osiris en vert ou en noir et Amon en bleu.

 

 

Cette page a été créée par Marie Savard et Alexandre Talbot

 

 

Retour à la page d’accueil

 

Retour au plan du site